Commune du Parc Naturel Régional du Luberon

Un peu d’histoire

Un village bimillénaire

Le château du XVIIe siècle, achevé en 1992


Ce château a vraisemblablement été construit à la demande des ducs de Lévis Ventadour, seigneurs de Rustrel, au début du XVIIe siècle. La date 1626, gravée dans le cadran solaire, vient appuyer cette hypothèse.

Un certain nombre de dates ponctuent l’histoire du bâtiment :

- 23 janvier 1627, les ducs Lévis Ventadour vendent le fief à Charles d’Eyroux, un bourgeois de Simiane.

- 21 mai 1627, Charles d’Eyroux est dépossédé de ses biens au profit de la Communauté d’Apt.

- 1643, la Communauté d’Apt qui a besoin d’argent revend les terres de Rustrel à trois coseigneurs qui possèdent ainsi conjointement les biens.

Après la révolution de 1789, le château est vendu comme bien national.

A partir de 1847, la commune de Rustrel commence à acheter certaines parties du bâtiment. Elle en est actuellement totalement propriétaire.

Les ocres


Et, tout d'abord, un zeste de géologie ! Il y a longtemps,  ce qui allait devenir la Provence, était sous l'eau. Les sédiments marins s'accumulèrent pendant des millions d'années. C'est ainsi que se déposèrent successivement des calcaires blancs, des argiles grises et des sables de couleur verte chargés en glauconie (argile marine riche en fer). Puis, à la suite de mouvements tectoniques, la Provence émergea et un climat tropical s'installa. Des pluies diluviennes  altérèrent les sables verts qui donnèrent des sables ocreux puis blancs. Des kaolinites  (silicates d'alumine) cristallisèrent, pigmentées par de la goethite (oxy-hydroxydes de fer), de la limonite (hydroxyde de fer), de l'hématite (oxydes de fer) qui donnent sa richesse à la palette de couleurs observées dans la nature du massif des ocres.


Les usages de l'ocre


L'ocre apparaît  ainsi comme une argile pure colorée par différents pigments et amalgamée à du sable (quartz). Une fois séparée du sable, elle est utilisée essentiellement pour ses propriétés colorantes et couvrantes. Les artistes préhistoriques de la grotte de Lascaux l'utilisèrent dans leurs peintures pariétales. Les embaumeurs égyptiens en firent usage pour éviter le noircissement de la peau des momies. Plus près de nous, citons les utilisations dans la construction de bâtiments, les peintures, les colorants alimentaires, la fabrication de papiers peints,  la coloration du caoutchouc, les cosmétiques, etc....